Ethylotest antidémarrage et suivi médico-psychologique : des outils à disposition des Préfets

Posté le 11/02/2019

Elle permet aux Préfets de délivrer aux personnes souffrant de troubles liés à l'alcool, des permis de conduire d'une durée limitée et restreints à la conduite de véhicules équipés d'un antidémarrage par éthylotest électronique, le tout associé à un suivi médico-psychologique.

La commission médicale chargée d'évaluer l'aptitude médicale à la conduite qui constate chez un candidat ou un titulaire du permis de conduire (du groupe léger) un trouble de l'usage de l'alcool peut donner un avis d'aptitude temporaire de 6 à 12 mois, mais limitée à la conduite d'un véhicule équipé d'un antidémarrage par éthylotest électronique (EAD).

Si le Préfet suit l'avis de la commission et décide d'imposer cette restriction, le conducteur doit aussi suivre un stage spécifique dans un établissement spécialisé en addictologie.

Ce stage couvre une période de 6 à 12 mois correspondant à la durée de la prescription de l'EAD.

Il comporte 2 consultations médicales et 6 séances collectives.

A la fin de la période d'aptitude temporaire, si le mésusage d'alcool persiste, une nouvelle prescription du dispositif peut être proposée par les médecins de la commission médicale.

Le dispositif EAD doit être homologué. Il est installé par un professionnel agréé, aux frais du conducteur concerné (entre 1 500 et 2 000 euros, location possible).

Dernières actualités

Profiter de l’été indien à deux-roues

L’été est passé, mais il est trop tôt pour ranger sa moto. L’après-saison permet de faire de belles balades. Faisons le point pour circuler en toute sécurité

Lire la suite

Transport routier et conditions de repos : attention aux sanctions

Faire prendre à un salarié son repos quotidien ou hebdomadaire à bord d’un véhicule léger ou dans un hébergement n’offrant pas de bonnes conditions peut désormais coûter cher à un employeur.

Lire la suite

Infos supplémentaires

Les stages de récupération

La réglementation