La contestation en ligne étendue aux PV dématérialisés (PVe)

Posté le 02/05/2017

Cette contestation dématérialisée était déjà possible depuis novembre 2015 pour les infractions constatées dans le cadre de contrôles automatisés (vitesse, feu rouge etc…) sans interpellation du conducteur et générant des avis de contravention envoyés au titulaire du certificat d'immatriculation du véhicule concerné. 

Cette possibilité est donc élargie pour simplifier les démarches des usagers. 

Désormais quand une contravention est constatée par un procès-verbal réalisé par un agent utilisant un appareil électronique, l'avis d'amende forfaitaire (PVe) qui vous est envoyé peut indiquer que la requête en exonération ou la réclamation peut être faite de façon dématérialisée. 

La contestation s'effectue en ligne sur le site de l'Agence nationale de traitement automatisé des infractions (ANTAI) www.antai.fr en suivant les instructions étape par étape. 

Il suffit d'utiliser les informations qui figurent sur l'avis d'amende forfaitaire, à l'aide d'un formulaire de contestation en ligne disponible sur le site. 

Un accusé d'enregistrement de la contestation vous est présenté automatiquement une fois que vous avez validé et envoyé votre contestation. 

Ce document peut être téléchargé ou imprimé.

La procédure de contestation en ligne est gratuite.

Vous conservez le choix entre la contestation en ligne ou par courrier.

Dans le cas d'un courrier, le site de l'ANTAI permet de remplir le formulaire de requête en exonération ou de réclamation sur écran puis de l'imprimer, de le signer et de le renvoyer dans les délais, accompagné des pièces nécessaires. Pour que votre contestation « courrier » soit recevable, vous devez obligatoirement opter pour un envoi par recommandé avec accusé de réception.

Dernières actualités

Profiter de l’été indien à deux-roues

L’été est passé, mais il est trop tôt pour ranger sa moto. L’après-saison permet de faire de belles balades. Faisons le point pour circuler en toute sécurité

Lire la suite

Transport routier et conditions de repos : attention aux sanctions

Faire prendre à un salarié son repos quotidien ou hebdomadaire à bord d’un véhicule léger ou dans un hébergement n’offrant pas de bonnes conditions peut désormais coûter cher à un employeur.

Lire la suite

Infos supplémentaires

Les stages de récupération

La réglementation